$
La Riche en bio > Vie de l'AMAP > Visites > Cybèles, Reine des reinettes, pommes précoces, dimanche on vous a croquées!

Cybèles, Reine des reinettes, pommes précoces, dimanche on vous a croquées!

Ceci est une 1ère après 45 ans d’agrobiologie, cette exploitation d’origine familiale nous ouvre ses portes.
Pour nos producteurs, Martial et Eric Refour, c’est: « l’occasion de nous retrouver en pleine campagne au milieu du verger ancien puis des plus jeunes où nous venons de réaliser des aménagements (goutte à goutte, filets alt carpo et filets antigrêle). Car 4 années de grêle de 2006 à 2009 incluses s’ajoutant aux difficultés des pressions des vers de la pomme nous ont imposés une orientation vers des protections que vous allez pouvoir découvrir sur place.A cette occasion sans doute bien des questions trouveront réponses du moins nous l’espérons »

Voir le « calendrier particulier à nos producteurs, des fruits à pépins ».

Voir la page de la « Gaec des Deux Saints »

1965 ! C’est l’année depuis laquelle « Monsieur Refour père », au détour d’une succession en 1963 convertit en agriculture biologique l’exploitation familiale de vergers de pommes. Il est sans nul doute
un pionnier dans ce domaine à l’heure où l’agriculture conventionnelle battait son plein et où l’agriculture d’avant guerre était révolue !
Un chemin de traverse qui lui vaudra bien des difficultés à surmonter : pas de subventions de l’Etat, la réticence des banques ; il est mal considéré au sein de la FNSEA (fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles) et ses voisins exploitants ne sont pas tous ses amis.
Mais la famille Refour est une famille unie et les 4 enfants feront des études dans le domaine de l’agriculture où chacun y travaillera par la suite. En 1992, c’est l’installation du plus jeune des fils qui permettra à Mr Refour père de prendre une pré-retraite bien méritée.
L’acquisition des 13 hectares d’aujourd’hui s’est réalisée par étapes au fil des ans

Si les pommiers (35 variétés cultivées dont 10 en majorité) occupent la majeure partie de la surface exploitée (13 hectares et 75 % de l’activité de l’entreprise),les céréales (blé, orge, pois, féveroles…) et les légumes grand-champ (tomates, potimarrons, courgettes, poireaux, pois, haricots…) y sont aussi
cultivés. Toujours sur le domaine, des surfaces dédiées à l’herbage (trèfle, trèfle blanc, légumineuses…) accueillent un petit cheptel de vaches allaitantes de race normande, réputées à la fois pour leur viande et leur bon rendement en lait (du veau sous la mère est
proposée en vente à la ferme).

Enfin, une demi hectare de vigne vient s’ajouter à la polyculture environnante, valorisée en « jus de raisin » également proposé à la vente (2/3 de raisin rouge et 1/3 de raisin blanc).
Le cassis utilisé dans les jus pommes/cassis provient d’un agriculteur voisin, également labélisé AB bien sûr.
Les charges les plus lourdes pour l’entreprise sont celles de la main d’oeuvre (salariés et saisonniers) pour effectuer tous les travaux de plantations, de soins divers, de taille, de ramassage, de calibrage.
Il faut assurer également la vente à la ferme, les chargement pour la vente sur les marchés, la comptabilité, la communication… 3 autres AMAP sont partenaires.

Photos de la visite

QUELQUES INFORMATIONS INTÉRESSANTES :

Des systèmes de goutte à goutte aux tuyaux micro-perforés ont été installés aux pieds des pommiers permettant ainsi un arrosage plus homogène même si par ailleurs l’arrosage au canon est parfois employé afin de faire tomber les pucerons des feuilles. Mais c’est le carpocaps (ver de la pomme), larve de petit papillon gris, qui crée la nuisance la plus importante dans les vergers. Afin d’y remédier, de grands filets aux mailles très fines sont tendus et recouvrent les longues rangées de pommiers.
D’autres filets, plus grands encore, puisqu’ils englobent plusieurs rangées de pommiers, sont également tendus afin de les protéger des épisodes de grêle (plus de 4 l’an passé) pouvant occasionner de lourds dégâts dans les vergers.

Quant à la pollinisation, ô combien essentielle, notre agriculteur fait appel à nos admirables abeilles bien sûr ! Tous les filets sont alors relevés pour leur permettre de mener à bien leur entreprise de
butinage : une vingtaine de ruches sont ainsi louées pour l’occasion à un apiculteur. Certaines variétés de pommes aident à la pollinisation (Reine des reinettes et Granny par exemple).

Des traitements au sulfate de cuivre (ou bouillie bordelaise : autorisée en agriculture biologique) sont parfois utilisés pour traiter certaines maladies comme le mildiou ou la tavelure. Mais ces maladies sont quasi maîtrisées chez monsieur Refour, par l’additionnement de cuivre, de soufre et d’oligo-éléments qui nourrissent l’arbre et le fortifie.
Un jeune pommier ne produit pas avant l’âge de 3 ans et aura une durée de vie de 25 à 30 ans (10 à 15 ans en agriculture conventionnelle…).
De nombreux arbres sur l’exploitation datent de 1960 et produisent toujours !

La journée s’est clôturée par une dégustation de jus de pommes et nous remercions chaleureusement la famille Refour pour nous avoir permis de visiter leur site d’exploitation en nous expliquant la manière dont il
en assure le fonctionnement et la production avec autant de passion et d’intérêt !!

Tags: ,

comment closed

Copyright © 2009 La Riche en bio. All rights reserved.
Designed by Theme Junkie. Powered by WordPress.